Accueil > Blog > Nouvelles > «Ça s'empire pour les acheteurs»: les guerres d'enchères éclatent sur le marché canadien de l'habitation

«Ça s'empire pour les acheteurs»: les guerres d'enchères éclatent sur le marché canadien de l'habitation

29 juin 2020

Comment se porte le marché immobilier à travers le pays?


L'entrevue de 10 minutes (en anglais) entre Lauren Haw, PDG de Zoocasa ( agence immobilière), et Larysa Harapyn du Financial Post mérite d'être écoutée!


Bien que je recommande d'écouter l'intégralité de l'entrevue, j'ai transcrit, puis traduit de mon mieux, les deux éléments que je trouve les plus intéressants et qui s'appliquent au marché immobilier de lïle de Montréal.


« Il est vraiment important que vous regardiez [le marché immobilier] de façon hyper-locale, car la partie ouest du pays est équilibrée, la partie est du pays est un marché de vendeurs, et à l'intérieur de cela, il existe des variantes! »


Intervieweur: Plus récemment, la SCHL a déclaré que nous assisterons à une forte baisse des ventes et de construction de maisons ...et que le marché immobilier rebondira au niveau d'avant la pandémie au plus tôt seulement à la fin d'au 2022. (...) Vos réflexions à ce sujet?


Interviewée: (...) Ce n'est tout simplement pas ce que nous voyons. Il est alors difficile de prédire la baisse des prix quand nous voyons actuellement trois principales raisons qui maintiennent les prix élevés et feront monter les prix plus hauts:

  1. L'inventaire est historiquement bas (...) Il y a un manque de développement, de nouvelles grandes maisons. Nous avons beaucoup trop de demande pour l'offre disponible.
  2. Le taux d'intérêt est historiquement bas, ce qui rend les paiements mensuels plus accessibles (...)
  3. Le gouvernement est intervenu pour maintenir le marché, dont entre autre le PCU et les programmes de report hypothécaire; ces deux choses ont fait en sorte que nous ne voyons pas une vague de nouvel inventaire.



Partager

Anne Denicourt-Fauvel

Courtière en immobilier résidentiel

514 560-5657